Quel type de contenu souhaitez-vous chercher ?

Actualités "risques psychosociaux"

Risques psychosociaux : quels sont-ils ?

Autant de situations de travail qui, si elles sont mal gérées ou mal appréhendées, peuvent avoir des conséquences néfastes, voire graves sur le salarié. Ce sont les risques psychosociaux : stress, mal-être, épuisement professionnel, dépression, addictions (alcool, drogues, psychotropes), violences, harcèlement, tentatives de suicide, etc.

Risques psychosociaux : d’où viennent-ils ?

Les risques psychosociaux existent dans n'importe quel secteur d'activité. On peut citer quelques facteurs principaux qui favorisent particulièrement le développement des risques psychosociaux :

- les exigences du travail : trop grande autonomie, charge de travail excessive, dépassement d’horaires, objectifs disproportionnés, etc. ;

- l’environnement de travail : mauvais management, injustice entre salariés, promiscuité trop importante, etc. ;

- la prise en compte des qualités, valeurs et attentes du salarié : absence de formation professionnelle, rémunération inappropriée, déséquilibre entre vie professionnelle et vie privée, etc. ;

- les changements dans l’entreprise : réorganisation, restructuration, nouvelles technologies, etc.

  • Enquêter sur une suspicion de harcèlement moral
    À LA UNE

    Enquêter sur une suspicion de harcèlement moral

    Publié le 27/07/2022 à 06:00, modifié le 29/07/2022 à 15:22.

    Une récente jurisprudence met en lumière le sujet de l’enquête interne à la suite d’une suspicion de harcèlement moral. Quelles sont les prérogatives de l’employeur ? Quel peut être le rôle des représentants du personnel ? À quoi faut-il absolument faire attention ? Réponses et éclaircissements dans cet article.

  • Les salariés victimes de harcèlement moral peuvent intenter une action devant le conseil de prud’hommes. Ils doivent agir dans les 5 ans à compter du dernier fait de harcèlement moral. Mais les juges doivent-ils examiner les faits plus anciens ou sont-ils alors prescrits ? Réponse de la Cour de cassation.

  • Les bienfaits des comportements de solidarité

    Publié le 20/07/2022 à 06:36.

    Vous la connaissez sans doute, cette satisfaction que l’on ressent quand on a réalisé un geste désintéressé qui profite à autrui ! Bien entendu, ces gestes sont souvent motivés par une volonté sincère d’apporter son aide ou sa contribution. Cependant, les recherches en psychologie et neurosciences mettent en avant depuis plusieurs années les bienfaits de ce que les chercheurs appellent des « comportements pro-sociaux » (comprendre ici des comportements que l’on réalise dans le souci de l’autre) sur la personne qui les réalise.

  • Le silence a mauvaise réputation dans les entreprises. On le soupçonne d’être le signe de non-dits, de sentiments négatifs qui ne s’expriment pas ou d’intentions volontairement conservées secrètes. Pourtant, le silence peut enrichir la communication.

  • QVCT et sexisme

    Publié le 20/07/2022 à 05:19.

    Les entreprises sont le reflet de notre société et elles véhiculent, par conséquent, les mêmes préjugés et stéréotypes sexistes. Ce sexisme maintient les inégalités professionnelles entre les hommes et les femmes, et les quotas, labels, index de l’égalité ne seront pas suffisants pour établir l’égalité si les mentalités n’évoluent pas en profondeur. Comment réduire ces écarts, notamment au travers des négociations sur l’égalité professionnelle et la qualité de vie et des conditions de travail (QVCT) ?

  • Comment un salarié, se disant victime de harcèlement moral, peut-il en rapporter la preuve ?

  • À la suite d’une dénonciation de harcèlement moral ou sexuel, l’employeur doit déclencher une enquête interne. Les élus doivent-ils y participer ?

  • Risques liés aux visioconférences : l’INRS publie un guide à destination des employeurs

    Publié le 21/06/2022 à 06:39, modifié le 22/06/2022 à 14:51.

    Alors que le recours à la visioconférence a fortement augmenté durant la crise sanitaire, l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) publie un guide visant à aider les entreprises à prévenir les risques physiques et mentaux pour leurs salariés.

  • Vivre un échec est toujours douloureux. L’échec renvoie à ses limites, à ses lacunes. La culture perfectionniste qui prédomine dans nos sociétés encourage les individus à considérer l’échec comme une preuve de faiblesse et à actionner les mécanismes de l’auto-critique. Si cette dernière peut être constructive, elle est également, à trop forte dose, susceptible de nuire sévèrement à la santé psychologique. Faisons ensemble le point sur l’accompagnement face à l’échec.

  • Les entreprises sont en perpétuelle mutation : changements législatifs, évolutions du marché, modifications numériques et technologiques... elles doivent s’adapter en permanence, et la nature du changement n’est pas toujours prédictive des conséquences : un « petit » changement peut générer de grandes difficultés et inversement.

  • Dès lors qu’une alerte est levée, il n’est pas rare que l’employeur et les représentants du personnel privilégient des mesures collectives pour répondre à une problématique individuelle. Par exemple, lorsqu’un collaborateur craque, il est tentant de mettre en place une ligne d’écoute plutôt que de se pencher sur la situation particulière. Retour sur un piège courant de la prévention des risques psychosociaux.

  • Parce que le deuil d’un salarié impacte sa vie professionnelle, ses collègues, son entreprise, l’association Empreintes consacre le thème de son dernier guide au deuil au travail. Son objectif : émettre envers les entreprises et les pouvoirs publics des propositions afin de mieux anticiper, faire connaître et mettre en pratique la gestion et l’accompagnement du deuil en entreprise.

  • Les salariés peuvent être victimes de harcèlement moral. Ils ont alors la possibilité d’en demander la reconnaissance en justice. Afin d’obtenir une indemnisation, ou pour que l’auteur des faits soit sanctionné. Mais l’auteur du délit doit avoir eu l’intention de le commettre pour que sa responsabilité pénale soit reconnue. En matière de harcèlement moral, cela se traduit par sa conscience de la dégradation des conditions de travail de la victime.

  • Que ce soit en entreprise ou dans les médias, vous en avez sûrement entendu parler : on les surnomme allègrement les planqués, les râleurs, les tire-au-flanc, les champions de la défausse, les flemmards patentés, les passagers clandestins, les salariés sous-marin, les maîtres dans l’art de l’enfumage, voire même les personnalités difficiles. Epine dans le pied des entreprises, ces salariés sont connus pour freiner la productivité et provoquer l’agacement de leurs collègues. Mais qu’en est-il du ressenti des salariés concernés par ces critiques ?

  • Le travail est un lieu privilégié de socialisation et de rencontre. L’écrasante majorité des salariés français considèrent l’entreprise comme « un lieu où l’on se fait des amis », et deux tiers de leurs cousins belges accordent « beaucoup d’importance à l’amitié au travail ». La chercheuse américaine Patricia Sias et ses équipes ont publié une série d’études qui nous aident à mieux cerner le caractère ambigu de l’amitié au travail.

  • La visioconférence est devenue indispensable au cours des confinements et s’impose désormais comme un outil essentiel dans les entreprises. En effet, elle permet de réaliser des économies substantielles (temps de transport, frais de déplacement). Mais le passage de la 3D à la 2D n’est pas sans conséquences.

  • Les femmes et les hommes salariés sont-ils confrontés aux mêmes conditions de travail ? A ce stade, vous vous demandez sans doute si la question est naïve ou, au contraire, provocante. La DARES nous éclaire dans une toute récente contribution. Alors, peut-on aujourd’hui encore vraiment parler de « métier de femmes » ou de « métier d’hommes » ?
  • Dans une affaire de harcèlement moral, les éléments de faits permettant d’établir ou non le harcèlement moral doivent être analysés par les juges dans leur ensemble et non séparément.
  • La « promotion interne » d’un collaborateur vers un poste de manager envoie un message positif. Elle signe la capacité de reconnaissance de l’employeur, à qui elle permet également d’économiser du temps et des frais par rapport à un recrutement classique. Mais passée l’euphorie de la bonne nouvelle, le nouveau manager peut rapidement se trouver en difficulté face à ses anciens collègues, surtout si la transition n’a pas été soignée.
  • Et si la prévention des RPS s’intéressait … aux temps de repos ?

    Et si la prévention des RPS s’intéressait … aux temps de repos ?

    Publié le 16/03/2022 à 07:21, modifié le 17/03/2022 à 14:08.
    Au même titre que la qualité de vie au travail, la qualité des temps de repos contribue pleinement à la satisfaction professionnelle et à la performance d’un salarié. Or, bien se reposer, ça se prépare aussi sur le lieu de travail !
Page :
12
Top 5 des téléchargements en santé & sécurité