Santé & sécurité

Article ancien - Il se peut que les informations et les liens ne soient plus à jour

Vêtements de protection : comment les choisir ?

Publié le par dans Equipements de protection (EPI).

La réglementation impose à l’employeur de fournir gratuitement aux salariés des vêtements de protection adaptés aux tâches à effectuer. Le point sur les caractéristiques de ces équipements et les modalités à prendre en compte lors de leur choix.

Vêtements de protection : comment les choisir ?L’expression « vêtements de protection » regroupe à la fois les vêtements de travail courants et les vêtements ayant le caractère d’équipements de protection individuelle (EPI).

Alors que les premiers visent à protéger le salarié contre les salissures et à lui assurer une bonne hygiène, les seconds permettent quant à eux, en plus, de le garantir contre les risques professionnels présents dans l’atelier, sur le chantier, etc.

Ces équipements doivent être choisis en association avec le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) ou les délégués du personnel, compte tenu des caractéristiques particulières de travail.

Le choix des vêtements de protection

Les vêtements de protection doivent être appropriés aux risques et conditions dans lesquels le travail est effectué. Il est donc utile de faire des essais en situation de travail et de solliciter l’avis du médecin du travail ou du service de prévention de la CRAM, voire de l’OPPBTP pour les entreprises du Bâtiment et des Travaux publics.

Dans tous les cas, le choix d’un vêtement de protection doit prendre en compte :
  • l’ensemble des risques auxquels sont confrontés les salariés (outre les risques physiques courants, travail au contact de la chaleur, risques chimiques ou de happement par une machine, etc.) ;
  • les contraintes des tâches à exécuter (travail à genoux, port d’autres équipements de protection, etc.).

Les conditions de travail courantes donnent à ce titre les premières indications de qualité à rechercher.

Les vêtements doivent d’abord être suffisamment solides pour protéger le salarié des agressions physiques ou chimiques, présenter une bonne résistance à l’abrasion et à la déchirure et ne pas rétrécir au lavage.

Ils doivent aussi être confortables et adaptés aux salariés, c’est-à-dire :
  • être à leur taille ;
  • favoriser l’absorption et l’élimination de la sueur ;
  • leur permettre d’effectuer les gestes professionnels sans fatigue supplémentaire ;
  • et ne pas être à l’origine de risques supplémentaires (ne pas contenir de substances toxiques, présenter une bonne résistance à la flamme, ne pas être flottants pour éviter les risques d’accrochage et ne pas comporter de pièces métalliques ou utiliser des fermetures et boutons plastiques dans le cas de risques électriques).

Les caractéristiques générales du vêtement de protection

Les vêtements de protection courants doivent apporter aux salariés qui travaillent sur chantiers ou en atelier une protection suffisante contre les salissures et les protéger contre les agressions physiques et chimiques et les intempéries.

Ils doivent être composés, dans le cas général, d’une tenue complète, combinaison ou deux pièces, ainsi que d’une protection contre le froid (gilet, blouson, etc.) et contre la pluie, pour les travailleurs exposés aux intempéries.

Pour les chantiers présentant des risques particuliers (soudage, risque chimique, amiante, etc.), il est nécessaire de prévoir des vêtements adaptés à ces risques spécifiques, voire des vêtements jetables pour certains types d’activités. De manière générale, ces vêtements doivent être constitués de textiles présentant une bonne résistance au feu, particulièrement pour les travaux exposant à des risques d’incendie et/ou de brûlures.

Ils doivent par ailleurs comporter des aménagements tenant compte du métier exercé. Par exemple, dans le cas de travaux exercés en appui (carreleurs, couvreurs, etc.), l’adjonction de renforts aux genoux et aux coudes.

Sachez que les exigences générales relatives à l’ergonomie, au vieillissement, aux systèmes de tailles, au marquage et aux informations sur les vêtements de protection fournis par le fabricant font l’objet d’une norme NF EN 340.

Ce marquage comporte le ou les pictogramme(s) symbolisant le ou les risque(s) contre lesquels le vêtement protège, accompagné des niveaux de performance, s’il en existe.


Article publié le 23 septembre 2009
Newsletter

Recevez notre sélection d’articles par e-mail.