Aide

Communication en Santé Sécurité au Travail

  • Accueil
  • Sommaire
  • Actualité
  • Ma sélection
    Ma sélection : 0

    Afin de faciliter votre navigation sur le site, nous vous proposons de mettre de côté des documents tout au long de votre parcours, et ensuite de revenir ici les télécharger en une fois.

    Limite de poids de la sélection : 100Mo

À la une Toute l'actualité, les jurisprudences, les mises à jour, les offres de formations et conférences

Les différentes formes de motivation au travail

28 Jan 2016
Motivation au travail.jpg

La théorie de l’autodétermination (TAD) contribue à comprendre plus finement la motivation au travail à travers deux grands types de motivation : la motivation autonome et la motivation contrôlée.

La motivation autonome

Cette forme de motivation est dite autonome car elle s’auto entretient, elle est donc peu couteuse en énergie, contrairement à la motivation contrôlée.

La forme de motivation la plus autodéterminée est la motivation intrinsèque. La motivation intrinsèque fait référence au fait d’accomplir une ou plusieurs tâches au travail par intérêt, par plaisir ou encore par satisfaction inhérente à la tâche.

Les travailleurs qui sont principalement motivés de façon intrinsèque indiqueront qu’ils ont beaucoup de plaisir à travailler et qu’ils s’amusent à réaliser les tâches relatives à leur emploi.

Juste à côté de la motivation intrinsèque se trouve la motivation identifiée, qui a trait aux tâches qui sont réalisées par conviction personnelle, parce qu’elles sont jugées comme importantes ou encore parce qu’elles correspondent aux valeurs de l’individu. Ces tâches ne sont pas nécessairement agréables, mais il est important pour la personne de les réaliser. À titre d’exemple, une personne décide d’assister aux réunions hebdomadaires de son unité de travail non pas parce que c’est une tâche plaisante en soi, mais bien parce que c’est important pour cette personne de s’impliquer.

Les employés ayant un niveau élevé de motivation identifiée avanceront que leur travail leur permet d’atteindre leurs objectifs de vie ou encore que leur emploi concorde bien avec leurs valeurs personnelles.

La motivation contrôlée

Le premier des deux types de motivation contrôlée est la motivation introjectée. Ce type de motivation traite globalement de l’engagement, de l’égo et de la valeur personnelle contingente à la performance. Pour les individus ayant un degré élevé de ce type de motivation, leur valeur personnelle variera (à leurs yeux) en synchronie avec leurs performances au travail. À titre d’exemple, un vendeur estimera qu’il a une « valeur » personnelle s’il obtient de bons chiffres de ventes et il estimera qu’il n’est pas un travailleur valable dans les périodes creuses. Son estime de soi est dépendante de sa performance, ce qui ne sera pas le cas avec des types de motivation plus autodéterminée.

Les individus ayant un degré très fort de motivation introjectée diront qu’ils travaillent pour ne pas perdre leur réputation ou qu’ils doivent être les meilleurs pour se sentir bien dans leur domaine.

Le deuxième type de motivation contrôlée et aussi le type de motivation le moins autodéterminée est la motivation extrinsèque, qui implique que l’individu agit par conformité ou encore pour la recherche de récompenses externes et l’évitement de punitions.

Les individus avec un degré élevé de motivation extrinsèque avanceront entre autres qu’ils effectuent leur travail parce que cela leur procure un certain niveau de vie, que leur travail leur permet de faire beaucoup d’argent ou encore que la raison principale pour laquelle ils se rendent au travail chaque matin est le salaire et les avantages sociaux que celui-ci procure. La motivation extrinsèque répond à la fonction économique (versus expressive) du travail.

Motivation contrôlée

Motivation autonome

Motivation extrinsèque

Motivation introjectée

Motivation identifiée

Motivation intrinsèque

       

Applications concrètes des quatre types de motivation sur le monde du travail

La recherche démontre que des degrés élevés de motivation autonome (intrinsèque et identifiée) sont positivement corrélés à des conséquences salutaires et négativement corrélés à des conséquences malsaines, et ce, tant au plan :

  • physique (moins de problèmes de santé physique) ;
  • psychologique (plus de vitalité et d’énergie, moins d’épuisement professionnel) ;
  • comportementales (moins d’absentéisme et une plus grande intention de demeurer en emploi) ;
  • et même économique (plus de profits et moins de coûts de santé).

Les différents types de motivation ont donc des impacts différents sur l’individu, sa performance, son bien-être et aussi sur l’organisation à laquelle il appartient.

Plus la motivation est dite autonome ou autodéterminée, plus elle va concourir au développement du bien-être de l’individu et aux comportements positifs associés.

L’enjeu réside donc dans le fait de parvenir à construire une organisation du travail qui préserve l’individu d’un stress trop élevé mais également qui lui permette de prendre du plaisir, d’éprouver un sentiment de fierté vis-à-vis de son travail et de comprendre le sens des activités qu’il exécute.

 

Clémence RUELLE
Consultante psychologue du travail - STIMULUS

Formations Tissot

Autopromo formation - JM Uccianiedited.jpg

Formation sécurité et santé au travail : vos obligations

Souffrance au travail, risque chimique, responsabilité civile et pénale… Maitrisez les obligations essentielles et les nouvelles exigences à respecter...

Envoyer cette page à un collègue Signaler une anomalie sur cette page Retour en haut de page