Quitter le mode Plein écran
Aide Plein écran

Responsable et Gestionnaire Paie BTP

  • Accueil
  • Sommaire
  • Ma sélection
    Ma sélection : 0

    Afin de faciliter votre navigation sur le site, nous vous proposons de mettre de côté des documents tout au long de votre parcours, et ensuite de revenir ici les télécharger en une fois.

    Limite de poids de la sélection : 100Mo

Bulletin d'un ouvrier travaillant un jour férié

Un employeur du Bâtiment situé en région parisienne demande à une ouvrière de travailler sur un jour férié légal correspondant à un jour habituellement travaillé dans l’entreprise. Sur ce jour férié, l’ouvrière effectue son temps de travail habituel.

Zoom sur le bulletin

Bulletin d'un ouvrier travaillant un jour férié
Bulletin d'un ouvrier travaillant un jour férié
Bulletin d'un ouvrier travaillant un jour férié
 

Points de vigilance :

  1. Le 1er janvier est un jour férié légal. L’employeur décide de faire travailler la salariée ce jour-là. Il doit donc maintenir la rémunération de la salariée. Ces heures ne sont pas des heures supplémentaires.
  2. La salariée doit bénéficier d’une indemnité venant compléter la rémunération du jour férié. Cette indemnité est en principe égale à 100 % de la rémunération perçue par un ouvrier du Bâtiment pour le jour férié.
    L’indemnité à laquelle peut prétendre la salariée, dont le taux horaire est de 10,780 euros et travaillant 7 heures sur le 1er janvier, se monte à 7 x 10,780 x 100 % = 75,46 euros.
    L’ensemble de la rémunération versée par l’employeur au titre du jour férié travaillé entre dans l’assiette des cotisations sociales, y compris l’assiette des cotisations collectées par la caisse des congés payés. Les heures travaillées le jour férié sont qualifiées de temps de travail effectif et sont décomptées pour déterminer les heures supplémentaires.
Cible
Secteur
Abattement
ouvriers Ouvrier
Batiment
Oui

Points de vigilance :

  1. Le 1er janvier est un jour férié légal. L’employeur décide de faire travailler la salariée ce jour-là. Il doit donc maintenir la rémunération de la salariée. Ces heures ne sont pas des heures supplémentaires.
  2. La salariée doit bénéficier d’une indemnité venant compléter la rémunération du jour férié. Cette indemnité est en principe égale à 100 % de la rémunération perçue par un ouvrier du Bâtiment pour le jour férié.
    L’indemnité à laquelle peut prétendre la salariée, dont le taux horaire est de 10,780 euros et travaillant 7 heures sur le 1er janvier, se monte à 7 x 10,780 x 100 % = 75,46 euros.
    L’ensemble de la rémunération versée par l’employeur au titre du jour férié travaillé entre dans l’assiette des cotisations sociales, y compris l’assiette des cotisations collectées par la caisse des congés payés. Les heures travaillées le jour férié sont qualifiées de temps de travail effectif et sont décomptées pour déterminer les heures supplémentaires.
Envoyer cette page à un collègue Signaler une anomalie sur cette page Retour en haut de page