Congés et jours fériés convention collective Paysage (entreprises)[3617]
Conventions collectives
Icone offres personnalisées

Les conventions collectives les plus à jour du marché

Nos mises à jour sont intégrées avant celles de nos principaux concurrents !

Paysage (entreprises)

Brochure 3617
A jour le 25/11/2020

Thème : 6. Congés et jours fériés

Congés payés annuels
Durée
En accord avec le CSE s’il existe, le décompte et l’acquisition des congés payés peut se faire en jours ouvrés.
La durée des congés est déterminée à raison de 2,5 jours ouvrables (ou 2,083 jours ouvrés) par mois de travail effectif, sans que la durée totale des congés puisse excéder 30 jours ouvrables (ou 25 jours ouvrés).
Lorsque le nombre de jours de congés, calculé conformément à ce qui précède, n'est pas un nombre entier, la durée des congés est portée au nombre entier immédiatement supérieur.
Pour la détermination des congés annuels, sont assimilés à des périodes de travail effectif :
  • les périodes de congés payés de l’année précédente ;
  • les périodes de repos des salariés en congé maternité, paternité ou d’adoption ;
  • les périodes de suspension du contrat pour cause d’accident du travail (y compris la rechute de l’accident du travail) ou de maladie professionnelle, dans la limite de 1 an ;
  • les périodes de congé de formation continue, de formation cadre et animateur pour la jeunesse ou d'éducation ouvrière ;
  • les temps nécessaires à l'accomplissement des mandats syndicaux et professionnels ;
  • les périodes de rappel et de maintien sous les drapeaux, à l'exclusion des périodes militaires volontaires ;
  • les périodes de repos compensateur ;
  • les jours de congés pour événements familiaux ;
  • la durée des absences des salariés candidats ou élus à un mandat parlementaire ou local ;
  • la journée nationale d'appel militaire ;
  • les périodes d'activité de la réserve opérationnelle ;
  • les périodes d'activité dans la réserve de la sécurité civile.
Période de prise des congés
2. Période des congés
La période des congés qui comprend obligatoirement la période du 1er mai au 31 octobre de chaque année, est fixée par l’employeur après consultation du CSE s’il existe.
Cette période de congés est portée à la connaissance du personnel au moins 2 mois avant son ouverture.
Ordre et date des départs
3. Ordre et date des départs en congés
A l'intérieur de la période de congés, l'ordre et la date des départs sont fixés par l'employeur après avis, le cas échéant, des délégués du personnel.
L'ordre et la date des départs sont fixés et communiqués au personnel en tenant compte des besoins de l'entreprise et des intérêts du personnel, plus particulièrement ceux ayant trait aux congés scolaires des enfants et aux congés payés du conjoint ou de l'ex-conjoint ayant un enfant scolarisé en commun avec le salarié.
Fractionnement des congés
4. Congé principal et fractionnement des congés
Le salarié peut bénéficier d'un congé payé minimum de 18 jours ouvrables entre le 1er mai et le 31 octobre, dont au moins 12 jours ouvrables continus. La durée des congés payés pouvant être pris en une seule fois ne peut excéder 24 jours ouvrables. Par exception, il peut être dérogé individuellement au principe fixé ci-dessus pour les salariés qui justifient de contraintes géographiques particulières. Ainsi, ces derniers peuvent, après accord exprès de leur employeur, prendre de manière continue leurs 5 semaines de congés payés.
Lorsque le nombre de jours de congés pris en dehors de la période du 1er mai au 31 octobre de chaque année est supérieur à 5, il est attribué 2 jours de congés supplémentaires.
Lorsque le nombre de jours de congés, pris en dehors de la période précitée, est compris entre 3 et 5, il est attribué 1 jour de congé supplémentaire.
Les jours de congé principal dus en sus de 24 jours ouvrables ne sont pas pris en compte pour l'ouverture du droit à ce supplément.
Indemnité de congés payés
5. Montant de l'indemnité de congés
L'indemnité de congés payés est égale au montant de la rémunération qui aurait été perçue pendant la période de congés si le salarié avait continué à travailler.
Elle ne saurait, en tout état de cause, être inférieure à 1/10 de la rémunération totale perçue par le salarié au cours de la période de référence.