Jurisprudence Pont - Editions Tissot
Retour au sommaire thématique : Jurisprudences «Congé, absence et maladie»
Vous êtes ici : Accueil > Jurisprudence Sociale > Jurisprudences «Congé, absence et maladie» > Jurisprudence «Pont»

Jurisprudence sociale

Version gratuite

Jurisprudence «Pont»

Le salarié qui, malgré le refus de son employeur, prolonge ses congés pour faire le pont de l’Ascension commet une faute grave

Les faits

Un salarié est engagé le 15 juillet 1965 en qualité de tourneur, puis il est promu chef de produits avec le statut de cadre. Il est licencié le 25 mai 1994, pour faute grave en raison d’une absence sans motif le vendredi 13 mai 1994. Son employeur lui avait refusé de lui donner par écrit une autorisation d’absence pour ce jour-là.
Le salarié saisit le conseil de prud’hommes pour contester son licenciement.

Ce qu’en disent les juges
Ce qu’il aurait fallu faire
Condamnation




Aller plus loin sur “Jurisprudence Pont”

Articles liés du Code du travail