Quel type de contenu souhaitez-vous chercher ?

Définition de accident du travail

L’accident du travail désigne l’accident survenant au salarié alors qu’il se trouve sous la responsabilité de l’employeur.

Le Code de la Sécurité sociale instaure une présomption d’imputabilité des lésions au travail pour tout accident survenu par le fait ou à l’occasion du travail, quelle qu’en soit la cause.

Depuis le 31 mars 2022, quand la durée de l'absence au travail du salarié justifiée par l'incapacité résultant d’un accident, constaté par certificat médical et contre-visite s'il y a lieu, est supérieure à 30 jours, la suspension du contrat n’empêche pas l'organisation d'un rendez-vous de liaison entre le salarié et l'employeur, associant le service de prévention et de santé au travail. Il a pour objet d'informer le salarié qu'il peut bénéficier d'actions de prévention de la désinsertion professionnelle, de l'examen de préreprise et des mesures individuelles (notamment d'aménagement, d'adaptation ou de transformation du poste de travail). Il est organisé à l'initiative de l'employeur ou du salarié. L'employeur informe celui-ci qu'il peut solliciter l'organisation de ce rendez-vous, qu’il peut refuser sans conséquence pour lui.

La jurisprudence le définit comme tout fait précis, survenu à l’occasion du travail ou par le fait du travail et qui entraîne une lésion immédiate ou différée, externe ou interne, superficielle ou profonde.

L’accident du travail est défini par la soudaineté de la lésion qui permet d’établir son caractère accidentel, en apportant une date certaine à l’origine des troubles.

Le caractère de soudaineté de l’accident permet également de différencier l’accident du travail de la maladie professionnelle.

Le caractère répétitif et évolutif des troubles issus de la maladie professionnelle écarte l’idée d’un accident du travail.

En cas d’accident du travail, l’employeur doit effectuer une déclaration d’accident (Cerfa 14463*03) ; il doit également, en cas d’arrêt de travail, fournir une attestation de salaire (Cerfa 11137*03).

Si l'accident est bénin, c'est-à-dire qu'il n'entraîne ni arrêt de travail ni soins médicaux, vous pouvez être dispensé d'effectuer la déclaration. En effet, vous pouvez la remplacer par une inscription sur le registre des accidents bénins.

Ce registre peut être ouvert, sans autorisation préalable de la CARSAT, à condition de respecter les conditions suivantes :

  • présence permanente de personnel de santé (médecin, infirmier, etc.) ;
  • existence d'un poste de secours d'urgence ;
  • respecter l'obligation de mise en place du CSE si votre entreprise compte au moins 11 salariés.

Le caractère professionnel de l’accident entraîne pour le salarié qui en est victime une protection spéciale contre le licenciement tout au long des périodes d’arrêt de travail qui découlent éventuellement de l’accident. En revanche, le salarié victime ne pourra pas engager la responsabilité civile de l’employeur, sauf faute intentionnelle de ce dernier ou accident de la circulation.

Lorsque le salarié est déclaré inapte par le médecin du travail et en cas d’impossibilité de reclassement, il pourra être licencié en bénéficiant d’une indemnisation spéciale ; la recherche d’un reclassement n’étant pas obligatoire lorsque le médecin du travail précise que le maintien du salarié à son poste serait gravement préjudiciable à sa santé ou que son état de santé ferait obstacle à tout reclassement dans l’emploi.

À la même date, la notification dématérialisée du taux maladies professionnelles est obligatoire pour toutes les entreprises rattachées au régime général, quel que soit leur effectif. Ce compte permet de notifier à l’employeur les décisions de taux de cotisations de façon dématérialisée.

Depuis le 1er janvier 2022, la notification dématérialisée du taux de cotisations accident du travail est obligatoire pour toutes les entreprises rattachées au régime général, quel que soit leur effectif. Pour celles qui n’ont pas encore ouvert leur compte AT/MP sur net-entreprises.fr, des pénalités sont applicables :

  • 0,5 % du PSS pour les entreprises de moins de 20 salariés ou assimilés ;
  • 1 % pour les entreprises de 20 à moins de 150 salariés ou assimilés ;
  • 1,5 % pour les entreprises de plus de 150 salariés ou assimilés.

Les pénalités sont dues au titre de chaque année ou chaque fraction d’année durant laquelle l’absence d’adhésion au compte AT/MP est constatée. Elle ne peut pas dépasser, par établissement, un montant annuel de 10 000 euros.

Définitions connexes

Absences, congés, maladies et accidents

Absence non rémunérée

Qu’elle soit autorisée ou pas, en principe, une absence ne doit donner lieu à rémunération que si elle correspond à un motif prévu par la loi ou la convention …

Absences, congés, maladies et accidents

Accident de trajet

L’accident de trajet est l’accident survenant au salarié sur le trajet aller ou retour qui relie son lieu de travail à son domicile, ou au lieu où il prend …

Absences, congés, maladies et accidents

Arrêt maladie

L’arrêt maladie est une absence motivée par la nécessité d’un arrêt d’un ou plusieurs jours de toute activité professionnelle, constatée par le médecin …

Absences, congés, maladies et accidents

AT-MP

Accident du travail-Maladie professionnelle

Absences, congés, maladies et accidents

Bilan de santé

Le bilan de santé est un ensemble d’examens médicaux subis par un individu afin d’analyser son état de santé dans toutes ses composantes. Les services …

Absences, congés, maladies et accidents

Billet de congés payés

Le billet de congés payés est prévu dans le cadre des congés payés, les salariés peuvent bénéficier de billets de transport (SNCF, essentiellement) à tarif …

Définitions populaires

Santé et sécurité

Qualité de vie et des conditions de travail (QVCT)

La notion de qualité de vie au travail (QVT) correspond à un sentiment de bien-être au travail perçu collectivement et individuellement qui englobe …

Absences, congés, maladies et accidents

Absence non rémunérée

Qu’elle soit autorisée ou pas, en principe, une absence ne doit donner lieu à rémunération que si elle correspond à un motif prévu par la loi ou la convention …

Embauche et contrat de travail

Accroissement temporaire d'activité

L’accroissement temporaire d’activité est l’un des motifs de recours au travail temporaire (CDD et intérim), qui renvoie concrètement à l’une des situations …

Embauche et contrat de travail

Agent de maîtrise

Un agent de maîtrise est un salarié faisant partie d’une catégorie de personnel de production dotée de responsabilités d’encadrement du personnel ouvrier au …

Salaire, primes et indemnités

Accessoires de salaire

Les accessoires de salaire désignent les différentes primes, avantages en nature, frais professionnels et indemnités versées par l’employeur en sus des …

Divers

Tiers ou tierce personne

Le tiers ou la tierce personne est par rapport à une relation duale comme celle liant le salarié et l’employeur par exemple, ce terme désigne toute personne …

Conditions particulières de travail

Salarié

Le salarié se définit comme une personne physique liée à un employeur par la conclusion d’un contrat de travail et par une relation de subordination …

Salaire, primes et indemnités

Prime d'assiduité

La prime d’assiduité a pour objet de récompenser la stabilité des salariés dans l’entreprise, et de les inciter à ne pas s’absenter. Elle n’est pas la …

Salaire, primes et indemnités

Rappel de salaire

Le rappel de salaire correspond aux éléments de salaire intégrés à des bulletins de paie postérieurs à la période de travail correspondante. Après application …

Embauche et contrat de travail

Employés, techniciens et agents de maîtrise (ETAM)

Les employés, techniciens et agents de maîtrise (ETAM) sont des catégories de salariés dont le statut est équivalent à celui des ouvriers ou à un niveau …

Glossaire par lettre
Glossaire par catégorie
Top 5 des téléchargements en droit du travail