Quel type de contenu souhaitez-vous chercher ?

Définition de décès du salarié

Le décès du salarié constitue un cas de force majeure qui entraîne la rupture du contrat de travail, suite à la disparition du salarié.

La force majeure est une notion limitée à un cadre juridique, elle a donc une définition propre. Il s’agit d’un événement qui doit, pour recevoir cette qualification, être à la fois imprévisible, inévitable et insurmontable.

Quelles que soient les circonstances de la mort d’un salarié, même si elle reste parfois prévisible (exemple d’un décès à la suite d’une maladie incurable), le décès constitue bien un cas de force majeure vis-à-vis du contrat de travail.

Dans le cadre de la relation sociale qui le lie à l’employeur, le décès du salarié peut prendre des formes différentes en fonction des circonstances, qui influeront sur les conséquences du décès et particulièrement sur ses incidences financières.

Il conviendra donc d’examiner tout d’abord la situation pour apprécier la responsabilité éventuelle de l’employeur :

  • l’employeur peut, à divers degrés, être considéré comme responsable dans le cas d’un décès consécutif à un accident du travail ou à une maladie professionnelle ; dans ce cas, outre les dispositions communes à tous les cas de décès, l’employeur s’expose, au terme de procédures judiciaires, à des condamnations pénales et civiles (amendes, dommages-intérêts, et éventuellement peine d’emprisonnement dans le cadre de la responsabilité pénale des dirigeants) ;
  • l’employeur peut aussi n’avoir aucun lien avec le décès du salarié, que celui-ci ait lieu à la suite d’un accident ou d’une maladie, ou dans d’autres circonstances indépendantes de la relation contractuelle avec l’employeur, ce qui limite les conséquences du décès pour ce dernier.

Quoi qu’il en soit, la rupture d’un contrat de travail par suite du décès du salarié s’analyse juridiquement comme tout autre cas, et entraîne notamment le versement immédiat par l’employeur à la succession du salarié de l’ensemble des sommes dues au salarié à la date de la rupture. Du fait de son caractère soudain, cette rupture ne s’accompagne généralement d’aucun versement d’indemnités, sauf si le salarié était en préavis de licenciement au moment du décès.

Dans la mesure où le décès du salarié met fin au contrat de travail, la totalité des dettes contractées par l’employeur deviennent immédiatement exigibles. Il s’agit des salaires et accessoires de salaire, arrêtés à la date du décès. Concrètement, ces sommes comprennent :

  • les salaires et primes acquis par le salarié depuis la paie précédant le décès ;
  • les indemnités compensatrices de congés payés correspondant aux congés non pris par le salarié au jour du décès ;
  • les primes de 13e mois, de fin d’année etc., au prorata temporis par rapport à la date du décès ;
  • les droits à l’épargne salariale (participation, intéressement, plan d’épargne d’entreprise), acquis par le salarié à la date de son décès.

Autrement dit, le décès du salarié n’a pas pour effet d’éteindre ou d’annuler les dettes que l’employeur peut avoir à l’égard de celui-ci au moment du décès. Réciproquement, le décès du salarié n’annule pas les dettes contractées vis-à-vis de l’employeur, par exemple un prêt, une avance, un acompte.

Les sommes dues par l’employeur à la date du décès du salarié entrent dans la succession de ce dernier. Elles ne sont donc pas immédiatement disponibles pour les ayants droit (conjoint et autres personnes à charge).

En d’autres termes, deux situations sont envisageables :

  • si la succession est réglée par un notaire, l’employeur doit lui verser l’intégralité des sommes ;
  • en l’absence de notaire, l’employeur ne peut s’acquitter de ses dettes qu’à l’encontre d’une personne en mesure de justifier de sa qualité d’héritier, c’est-à-dire par la production soit d’un certificat d’hérédité (délivré par la mairie), soit d’un certificat de propriété, soit d’une procuration des autres héritiers.

Définitions connexes

Rupture du contrat de travail

Cessation du contrat de travail

La cessation du contrat de travail peut résulter soit de la décision unilatérale de l’employeur (licenciement) ou du salarié (démission), soit d’un commun …

Rupture du contrat de travail

Congé de mobilité

À noter : les entreprises d’au moins 1000 salariés, soumises à l’obligation de proposer le congé de reclassement, pouvaient conclure un accord de gestion des …

Rupture du contrat de travail

Conseiller du salarié

Le conseiller du salarié est chargé d’assister le salarié lors de l’entretien préalable au licenciement dans les entreprises dépourvues de représentants du …

Rupture du contrat de travail

Démission

La démission, selon la jurisprudence, caractérise une volonté explicite, claire et non équivoque du salarié de quitter définitivement l’entreprise.

Pour que …

Rupture du contrat de travail

Départ en retraite

Le départ en retraite est la cessation du contrat de travail résultant de la décision du salarié qui, compte tenu de son âge et de sa situation vis-à-vis des …

Rupture du contrat de travail

Départ négocié

La rupture du contrat de travail par accord des parties ne peut intervenir que dans les conditions prévues par les textes sur la rupture conventionnelle …

Définitions populaires

Santé et sécurité

Qualité de vie et des conditions de travail (QVCT)

La notion de qualité de vie au travail (QVT) correspond à un sentiment de bien-être au travail perçu collectivement et individuellement qui englobe …

Absences, congés, maladies et accidents

Absence non rémunérée

Qu’elle soit autorisée ou pas, en principe, une absence ne doit donner lieu à rémunération que si elle correspond à un motif prévu par la loi ou la convention …

Embauche et contrat de travail

Agent de maîtrise

Un agent de maîtrise est un salarié faisant partie d’une catégorie de personnel de production dotée de responsabilités d’encadrement du personnel ouvrier au …

Salaire, primes et indemnités

Accessoires de salaire

Les accessoires de salaire désignent les différentes primes, avantages en nature, frais professionnels et indemnités versées par l’employeur en sus des …

Embauche et contrat de travail

Accroissement temporaire d'activité

L’accroissement temporaire d’activité est l’un des motifs de recours au travail temporaire (CDD et intérim), qui renvoie concrètement à l’une des situations …

Divers

Tiers ou tierce personne

Le tiers ou la tierce personne est par rapport à une relation duale comme celle liant le salarié et l’employeur par exemple, ce terme désigne toute personne …

Conditions particulières de travail

Salarié

Le salarié se définit comme une personne physique liée à un employeur par la conclusion d’un contrat de travail et par une relation de subordination …

Salaire, primes et indemnités

Rappel de salaire

Le rappel de salaire correspond aux éléments de salaire intégrés à des bulletins de paie postérieurs à la période de travail correspondante. Après application …

Salaire, primes et indemnités

Prime d'assiduité

La prime d’assiduité a pour objet de récompenser la stabilité des salariés dans l’entreprise, et de les inciter à ne pas s’absenter. Elle n’est pas la …

Embauche et contrat de travail

Employés, techniciens et agents de maîtrise (ETAM)

Les employés, techniciens et agents de maîtrise (ETAM) sont des catégories de salariés dont le statut est équivalent à celui des ouvriers ou à un niveau …

Glossaire par lettre
Glossaire par catégorie
Top 5 des téléchargements en droit du travail