Quel type de contenu souhaitez-vous chercher ?

Définition de discriminations

Les discriminations sont interdites dans le cadre d’une procédure de recrutement, d’une sanction ou d’un licenciement.

Sont interdites :

  • les discriminations directes : le fait de traiter une personne de manière moins favorable qu’une autre ne l’est, ne l’a été ou ne l’aura été dans une situation comparable ;
  • les discriminations indirectes : attitude neutre en apparence, mais susceptible de désavantager une personne par rapport à une autre, à moins que la différence de traitement soit objectivement justifiée par un but légitime et se traduise par des moyens appropriés.

Sont discriminatoires :

  • le fait de faire subir à une personne des agissements à connotation sexuelle, portant atteinte à sa dignité ou créant un environnement hostile, humiliant, dégradant ou offensant ;
  • le fait d’obliger une personne à adopter un comportement discriminatoire. Si l’employeur fait injonction à un collaborateur de pratiquer une discrimination, il pourra être considéré comme complice et condamné pénalement comme tel.

L’origine, le sexe, les mœurs, la situation de famille, l’appartenance à une ethnie, une nation ou une race, les opinions politiques, les activités syndicales ou mutualistes, l’exercice d'un mandat électif local, les convictions religieuses, l’état de santé ou le handicap du salarié ne peuvent pas être la base d’un refus de recrutement, d’une sanction ou d’un licenciement.

Sont également interdites les discriminations du fait de l’orientation sexuelle de l’individu, de son âge, de son apparence physique et de son patronyme, les discriminations fondées sur l’état de grossesse ou encore celles fondées sur le lieu de résidence, la capacité d’une personne à s’exprimer dans une autre langue que le français, la domiciliation bancaire.

Les différences de traitement fondées sur ces critères sont autorisées lorsqu’elles répondent à une exigence professionnelle essentielle et déterminante, dans un objectif légitime et répondant à une exigence proportionnée.

La particulière vulnérabilité d’une personne résultant de sa situation économique, apparente ou connue de son auteur est un cas de discrimination interdite. Pour autant, les mesures prises en faveur des personnes vulnérables en raison de leur situation économique et visant à favoriser l’égalité de traitement ne constituent pas une discrimination.

Dans toute entreprise employant au moins 300 salariés et dans toute entreprise spécialisée dans le recrutement, la loi relative à l’égalité et à la citoyenneté impose une formation à la non-discrimination à l'embauche au moins une fois tous les 5 ans pour les employés chargés des missions de recrutement.

La preuve d’une discrimination lors d’un recrutement ou d’une nomination est souvent difficile à apporter car le candidat ne dispose pas des éléments de comparaison nécessaires pour savoir s’il a été victime d’une discrimination (profil et compétences professionnelles du candidat finalement recruté).

Le plus souvent, seule une preuve écrite pourra révéler une discrimination, comme un article du règlement intérieur ou un questionnaire d’embauche.

En matière de questionnaire d’embauche, les informations demandées doivent permettre d’apprécier la capacité professionnelle au travers des compétences, des connaissances techniques et de la faculté d’adaptation.

Le CV « anonyme » est devenu une simple faculté pour les entreprises.

L’action de groupe permet à une organisation syndicale de salariés représentative d’agir en justice afin d'établir que plusieurs candidats à un emploi, à un stage ou à une période de formation en entreprise, ou plusieurs salariés font l'objet d'une discrimination, directe ou indirecte, fondée sur un même motif et imputable à un même employeur.

L'action peut tendre à la cessation du manquement et, le cas échéant, en cas de manquement, à la réparation des préjudices subis.

À la demande du CSE ou à la demande d'une organisation syndicale représentative, l'employeur engage une discussion sur les mesures permettant de faire cesser la situation de discrimination collective alléguée.

Le Défenseur des droits rappelle que l’engagement syndical peut engendrer une stigmatisation par l’employeur. Il est parfois perçu comme incompatible avec la performance économique. Les activités syndicales des salariés peuvent avoir des conséquences sur leurs conditions de travail et être, par exemple, un frein à leur évolution professionnelle pour plus de la moitié d’entre eux.

Si l’employeur ne respecte pas le principe de non-discrimination, il s’expose à des sanctions civiles et pénales. Il risque une peine d’emprisonnement de 3 ans et 45 000 euros d’amende pour les discriminations fondées sur les critères discriminatoires. Ces peines sont renforcées en cas de récidive ou quand elles ont été commises devant témoin. Le juge pourra également prononcer des peines complémentaires comme l’affichage du jugement. L’employeur s’expose à des condamnations sous forme de dommages et intérêts pour réparer le ou les préjudices subis par le salarié.

Définitions connexes

Protection des salariés

Autocommutateur

Un autocommutateur est un dispositif automatique qui permet d’acheminer et de répartir les communications entre plusieurs lignes téléphoniques. Grâce à ce...

Protection des salariés

Biométrie

La biométrie regroupe l’ensemble des techniques informatiques visant à reconnaître automatiquement un individu à partir de ses caractéristiques physiques,...

Protection des salariés

CNIL

Commission nationale de l'informatique et des libertés

Protection des salariés

Défenseur des droits

Le Défenseur des droits est nommé par le président de la République. Il veille au respect des droits et des libertés. Il est chargé de grandes missions dont...

Protection des salariés

Délégué à la protection des données (DPD)

Depuis le 25 mai 2018, un délégué à la protection des données (DPD) remplace le correspondant informatique et libertés (CIL), qui pouvait être désigné de façon...

Protection des salariés

Domicile des salariés

Le domicile peut être défini comme la résidence principale, ou une résidence secondaire, présentant un caractère de stabilité ou tout autre lieu où le...

Définitions populaires

Embauche et contrat de travail

Agent de maîtrise

Un agent de maîtrise est un salarié faisant partie d’une catégorie de personnel de production dotée de responsabilités d’encadrement du personnel ouvrier au...

Absences, congés, maladies et accidents

Absence non rémunérée

Qu’elle soit autorisée ou pas, en principe, une absence ne doit donner lieu à rémunération que si elle correspond à un motif prévu par la loi ou la convention...

Divers

Tiers ou tierce personne

Le tiers ou la tierce personne est par rapport à une relation duale comme celle liant le salarié et l’employeur par exemple, ce terme désigne toute personne...

Conditions particulières de travail

Salarié

Le salarié se définit comme une personne physique liée à un employeur par la conclusion d’un contrat de travail et par une relation de subordination...

Salaire, primes et indemnités

Rappel de salaire

Le rappel de salaire correspond aux éléments de salaire intégrés à des bulletins de paie postérieurs à la période de travail correspondante. Après application...

Salaire, primes et indemnités

Prime d'assiduité

La prime d’assiduité a pour objet de récompenser la stabilité des salariés dans l’entreprise, et de les inciter à ne pas s’absenter. Elle n’est pas la...

Evolution de l'entreprise

Nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC)

Les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) sont définies comme « les outils issus des nouvelles technologies de l’information et...

Embauche et contrat de travail

Employés, techniciens et agents de maîtrise (ETAM)

Les employés, techniciens et agents de maîtrise (ETAM) sont des catégories de salariés dont le statut est équivalent à celui des ouvriers ou à un niveau...

Glossaire par lettre
Glossaire par catégorie
Top 5 des téléchargements en droit du travail