Quel type de contenu souhaitez-vous chercher ?

Validation des acquis de l’expérience (VAE) : définition, démarches et rôle de l’employeur

Temps de lecture : 4 min

Contenu proposé par les :

Moins de jargon, plus de solutions

Les Éditions Tissot facilitent l'application du droit du travail au quotidien dans les entreprises.

La validation des acquis de l’expérience est destinée aux salariés pour faire valider leur expérience professionnelle afin d’obtenir un titre, un certificat ou un diplôme.

VAE : définition

VAE signifie validation des acquis de l’expérience. Elle est parfois également appelée validation des acquis professionnels ou simplement validation des acquis.

La validation des acquis de l’expérience (VAE) permet à un salarié ayant une expérience dans un domaine, d’obtenir la certification, le titre ou le diplôme correspondant à sa qualification et au nom de son expérience.

Exemple

Un salarié disposant du diplôme de secrétaire médical, exerce en tant qu’assistant médical depuis des années. Ce salarié peut demander une VAE afin de faire reconnaître son expérience et ainsi obtenir le diplôme d’assistant médical.

Comment faire une validation des acquis de l’expérience ?

Un salarié peut demander à faire une VAE, s’il justifie d’un an d’expérience ou 1607 heures dans le domaine visé par la VAE.

Afin de pouvoir bénéficier d’une validation des acquis, le salarié doit commencer par constituer un dossier VAE. Une fois le dossier constitué, il doit le transmettre à l’organisme qui s’occupe de délivrer le titre, le diplôme ou la certification souhaitée.
L’organisme statue sur la recevabilité du dossier. Si le dossier est recevable, le salarié doit passer un entretien devant un jury qui décidera de valider ses acquis professionnels ou non.

Notez le

Le salarié peut demander à son employeur un congé pour validation des acquis de l’expérience. Ce congé VAE permet au salarié de s’absenter de son poste de travail pour préparer son dossier de VAE ou l’entretien devant le jury.

Comment gérer une demande de congé pour validation des acquis de l’expérience ?

Le salarié qui souhaite s’absenter pour une VAE, doit demander une autorisation d’absence à son employeur au moins 60 jours avant sa première absence pour VAE.

Pour être valable, la demande de congé VAE doit contenir les informations suivantes :

  • certification, diplôme ou titre visé par le salarié ;

  • date, durée et nature des actions permettant la VAE ;

  • nom de l'organisme délivrant la certification, le titre ou le diplôme.

L’employeur dispose de 30 jours pour donner sa réponse. Si la demande d’autorisation d’absence du salarié est valable, l’employeur ne peut pas refuser l’absence d’un salarié pour une VAE, mais il peut décider de décaler cette absence pour des raisons de bon fonctionnement de l’entreprise.

Notez le

L’absence de réponse de l’employeur dans le délai de 30 jours vaut acceptation.

Le congé VAE a une durée maximum de 24 heures consécutives ou non, par VAE.

Durant le congé VAE, le salarié continue de percevoir sa rémunération.

Un salarié peut demander au même employeur un nouveau congé pour VAE, après un délai d’un an.

Quelle participation de l’employeur dans la VAE ?

L’employeur a tout intérêt à soutenir les salariés dans leurs démarches de VAE afin d’assurer un bon climat social.

VAE et soutien de l’employeur

L’employeur peut participer à la VAE de ses salariés en les soutenant personnellement et matériellement dans leurs démarches, mais également en mettant en place un projet collectif de VAE.

Le projet collectif permet de soutenir plusieurs salariés, dans leurs démarches de VAE, visant la même certification.

L’employeur souhaitant avoir des informations sur la façon de soutenir ses salariés dans leurs VAE peut se rendre sur le portail VAE mis en place par le gouvernement (http://www.vae.gouv.fr/).

Attention

Un salarié n’est pas obligé de dire à son employeur qu’il suit une VAE.

VAE et formation

L’employeur peut également faire entrer la VAE dans son plan de développement des compétences (anciennement plan de formation). Cela permet à l’employeur d’assurer l’employabilité de ses salariés et de leur permettre d’avoir le titre, diplôme ou la certification correspondant à leurs compétences. Le salarié n’est pas obligé d’accepter la VAE proposée par son employeur dans le cadre du plan de formation professionnelle.

La formation professionnelle en entreprise

Votre guide de gestion du personnel

Appliquez les différents dispositifs de formation professionnelle pour adapter les compétences aux besoins de l'entreprise et respecter vos obligations.

WIKI MEA MARKETING FPR

Questions / Réponses liées

Définitions liées

Dans la même thématique

I Stock 1166978137
Formation professionnelle

Compte personnel de formation (CPF) : les points essentiels

La création du CPF en France date de 2013, mais il est entré en vigueur en 2015. Il a remplacé le droit individuel à la formation (DIF), qui n’existe plus depui...

Temps de lecture : 4 min

I Stock 1149286179
Formation professionnelle

Projet de transition professionnelle ou CPF de transition : quel est son fonctionnement ?

Le CPF (compte personnel de formation) de transition, également appelé projet de transition professionnelle, permet aux salariés de bénéficier d’une formation p...

Temps de lecture : 4 min

Bruce mars 8 YG31 Xn4d Sw unsplash 1
Formation professionnelle

A quoi sert un bilan de compétences ?

Un bilan de compétences peut être réalisé soit à l’initiative du salarié, soit à celle de l’employeur avec le consentement du salarié.

Temps de lecture : 4 min

I Stock 904598344
Formation professionnelle

Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) : définition, procédure et avantages

La mise en place d’une gestion prévisionnelle des emplois et des compétences comprend plusieurs étapes. La négociation sur la GPEC est, par ailleurs, obligatoir...

Temps de lecture : 3 min